Qu’est ce que le Data Storytelling ?

Qu’est ce que le Data Storytelling ?

  • Post author:
  • Post category:Articles

Qu’est ce que le Data Storytelling ?

On le sait la data est plutôt indigeste, parfois intimidante, voire même quelquefois obscure, et bien que les entreprises investissent de plus en plus dans des démarches Data Driven fort est de constaté que trop peu de collaborateurs utilisent la data comme un outil de travail à part entière. La raison ? Des interfaces de restitutions de type tableurs ou dashboards trop complexes et rendant l’accès aux data trop contraignant. L’arrivée récente du Data Storytelling apporte un souffle nouveau sur le marché de l’accès à la data et tend à démocratiser son utilisation dans les organisations et au delà.

Définissons le Data Storytelling

Le Data Storytelling, c’est le principe de raconter des histoires basées sur les data. Des histoires qui parlent aux utilisateurs cibles et qui sont donc personnalisées et contextualisées.

Y a t’il une différence entre la Dataviz et le Data Storytelling ? 

La Dataviz c’est l’art de faire parler des chiffres de manière visuelle par des graphes de types, courbes, barres, donuts, cartographie …, là où les tableaux Excel échouent. C’est une mise en forme de l’information chiffrée pour en faciliter la compréhension. Elle se concentre cependant sur cette production visuelle des data sans en intégrer la dimension de mise en récit.

Le Data Storytelling est une extension de la Dataviz, elle même issue de la Business Intelligence. La grande différence vient de cette volonté de faciliter la compréhension des analyses en appliquant des méthodes de communication basées sur une structure narrative du discours proche de celle des récits.

Ce concept relativement récent est plébiscité par le Gartner comme un des principales orientations de la BI dans les prochaines années.

Le Data Storytelling est d’ailleurs considéré comme la meilleure opportunité pour accélérer la démocratisation de l’usage de la data dans les organisations puisqu’il en simplifie l’accès. La data ne serait dès lors plus réservée uniquement aux profils aguerris mais également accessible aux néophytes. C’est d’ailleurs ce que nous considérons comme devant être la finalité d’une démarche Data Driven.

Les grands principes du Data Storytelling

Passez en mode « lecture » :

Le premier principe qui doit s’appliquer au Data Storytelling est la facilité d’accès et d’usage de l’interface.

Elle doit être la plus simple possible, focalisée sur la consultation de la data, il faut limiter au maximum les interactions avec celle ci, oublier la navigation par onglet et réduire l’effort de prise en main à son stricte minimum. Les solutions de type dashboard ne sont pour cette raison, pas adaptés au Data Storytelling.

Dans ce cadre le mode le plus simple est de fournir l’ensemble des analyses sur une même page en limitant la navigation au seul scroll de souris pour descendre ou remonter dans la page d’analyse.

Les utilisateurs se trouvent dans un mode « lecture » comme s’ils ouvraient un livre et pouvaient parcourir toutes les analyses sur la même page.

L’ultra personnalisation :

Le Data Storytelling doit servir les intérêts des métiers et des utilisateurs cibles, il doit reflêter au mieux les spécificités métiers dans ses analyses et leurs organisations. C’est pour cela qu’il doit être mis aux mains des métiers dans la création et l’adaptation des stories. Il faut absolument véhiculer de l’intelligence métier au Data Storytelling car c’est le point de départ à l’orientation narrative des analyses. Lorsqu’un Responsable Métiers d’une story conçoit les analyses il le fait avec son expertise métiers: Quelles sont les informations qu’il faut montrer en premier lieu? A quelles autres analyses dois-je les associer ? Comment dois je structurer les analyses ? Le Responsable métiers va organiser la story par sujets, thématiques, liés à la spécificité du métier, ainsi les utilisateurs cibles évolueront dans un cadre familier et ultra pertinent.

Commentez, commentez commentez :

Le storytelling tient également dans cette capacité à pouvoir raconter et expliquer les data, aussi il sera important d’associer à la story des espaces de commentaires gérer par le Responsable métier. Cela permettra par exemple d’introduire une thématique d’analyse abordée et d’en expliquer l’orientation afin de guider les utilisateurs dans leur parcours, soit d’expliquer la nature d’un graphe et son mode de lecture, notamment lors de l’utilisation de graphes  moins communs comme les Diagrammes de Sankey ou les Dependency Wheels …. Ou bien de commenter un résultat de graphe en expliquant les tendances constatées.

L’important est de faciliter l’expérience utilisateurs en les guidant à chaque étape de leur consultation.

Tous acteurs du Data Storytelling :

Le Data Storytelling doit être un lieu d’échange et de compréhension, aussi il doit permettre au sein du groupe utilisateurs de partager et de commenter les analyses. Pouvons nous expliquer tel résultat d’analyse au sein du groupe ? Y a t’il des éléments de compréhension à associer à un graphe afin que l’ensemble des utilisateurs en ai une meilleure compréhension ? Les utilisateurs deviennent acteurs du Data Storytelling.

Format ouvert :

Le Data Storytelling ne doit pas être une application isolée et déconnectée, elle doit au contraire être ouverte et permettre d’interagir de manière très opérationnelle avec les besoins métiers.

Aussi il sera pertinent d’associer des éléments métiers qui vont venir renforcer la compréhension ou soutenir un message. On pourra par exemple faire référence à une étude précédente et l’intégrer afin de pouvoir le consulter, ou bien mettre un document détaillant des bonnes pratiques liées au métier, ou bien encore des fiches descriptives de produits ou de campagnes d’actions… La story se veut ainsi très opérationnelle, proche de ses utilisateurs.

En résumé

Le Data Storytelling se positionne comme une forme plus accessible, ludique et opérationnelle que la Dataviz ou d’autres solutions de Business Intelligence. Il augure le futur de l’accès à la Data et doit permettre une vrai démocratisation au sein des organisations.